Qui était

François Garnier ?

Né en 1923, François Garnier suit des études de philosophie et commence à enseigner pendant la guerre, à Pau. Ordonné prêtre le 20 décembre 1947, il obtient un poste de professeur de philosophie et de lettres au Collège Saint-Euverte à Orléans.


Sa rencontre avec Max Jacob à Saint-Benoît-sur-Loire le marque profondément. Il est l'auteur d'un mémoire intitulé l'Esthétique chez Max Jacob. En 1953 et 1955, il publie les deux volumes de la Correspondance de Max Jacob.

 

Il rencontre de nombreuses personnalités de l'époque, tant du monde intellectuel qu'artistique : Mauriac, Cocteau, Milhaud, Picasso... 

​À partir de 1970, il enseigne à l'Université du Mans (Étude des sources historiques non écrites).  Puis il accepte un poste de chercheur au CNRS, à l'Institut de Re­cherche et d'Histoire des Textes, implanté sur le Campus Universitaire de La Source (Orléans). 

Universitaire et chercheur, spécialiste de l'iconographie médiévale, le Père Garnier acquiert une renommée internationale. En effet, très tôt, tout en continuant son enseignement de philosophie et de lettres, sa participation à la réalisation de différents ouvrages lui fait mieux découvrir la période du Moyen Âge.

Il s'intéresse à toutes les formes d'illustrations : enluminures, peintures, sculptures, vitraux...

Il découvre qu'il existe un code de l'image au Moyen Âge et parvient à retrouver ce langage après un long

et minutieux travail de recherche. 

 

​Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence consacrés à ce sujet

Le langage de l'image au Moyen Âge, puis L’Âne à la lyre, sorte de sottisier d'iconographie médiévale. On lui doit également l'illustration de la Bible Osty en 22 volumes.

​En 1972, il s'installe à Mézières-lez-Cléry et exerce les fonctions de maire de cette commune entre 1989 et 1995, puis celle de troisième adjoint, jusqu'à sa mort survenue en 2001.