Nous avons lu, nous avons aimé : Histoire des évêques du Mans

27/03/2020

C’est un bien bel ouvrage de plus de 400 pages d’érudition souriante que nous offre notre ami Stéphane Arrondeau et sa pléiade de co-auteurs, qui s’attachent à retracer une « Histoire des évêques du Mans ». Elle enrichit substantiellement les publications des éditions "LFCV-Création Vitraux", plus spécialisées dans l’art du vitrail.

 

Cette publication que Françoise Chaserant, ancienne conservatrice des Musées du Mans, qui nous avait accueillis au Musée de Tessé, à l’occasion de notre colloque international (2004) consacré aux retables, qualifie très justement de « monumentale et impressionnante Gesta Episcoporum » fera date dans l’historiographie mancelle par la richesse des sources travaillées et une iconographie d’une admirable pertinence. L’ouvrage fait l’objet d’une double préface de Mgr Gilson, évêque du Mans de 1981 à 1996, et de Mgr Le Saux, actuel successeur de saint Julien, premier titulaire du siège épiscopal de la Cité des Cénomans. Il est enrichi d’une copieuse introduction du P. François Cassingena. Ce moine de Ligugé, connu pour sa rigueur intellectuelle, précise l’histoire de l’appellation, par les premiers chrétiens, de l’institution des « épiscopes » et l’évolution de leurs fonctions au sein de cette tripartition diacres, prêtres, évêques qui, dès l’origine même du christianisme, structure l’ordre sacerdotal constitutif de l’Église.

 

Suivent 7 chapitres, dont 6 observent une division chronologique dans la présentation des 101 évêques du Mans : « Les évêques sous l’Antiquité et le haut Moyen Âge » IIIe-début du XIe s, « Les évêques du Moyen Âge classique » XIe-XIIIe s, « Les évêques de  la Guerre de Cent Ans » période entendue au sens large puisqu’elle s’étend du XIVe au début du XVIe s, « Les grands Seigneurs-évêques » XVIe-début XIXe s , « Les évêques du Renouveau » de la Restauration à la fin du XIXe s, « Les évêques depuis la Séparation », soit tous ceux des XXe-XXIe s. Cette dernière section comporte deux appendices : une « Liste des évêques originaires de la Sarthe », en France et à l’étranger, depuis le XIe s jusqu’à la période actuelle, ainsi qu’un tableau des « Évêques du Maine inhumés au Mans » .

 

Une septième partie, « Le Mans et sa cathédrale » comporte plusieurs courts chapitres, qui ne sont pas les moins riches de l’ouvrage. Celui, intitulé « Le Mans ville-cathédrale » souligne, ce qui est plus qu’une évidence tant l’édifice s’impose dans le paysage urbain, combien Le Mans s’identifie, dans son histoire et son symbolisme, à sa cathédrale, lieu cultuel depuis la préhistoire. Ce dont le menhir adossé à la façade occidentale fait mémoire aujourd’hui encore. Les dernières fouilles, au chevet du monumental vaisseau gothique, font réapparaître  des vestiges de l’enceinte gallo-romaine, l’une des plus importantes des Gaules, ainsi que les emplacements de la salle capitulaire et de plusieurs chapelles rasées par la Révolution, qui faillit bien provoquer le même sort à la cathédrale. Enfin, Stéphane Arrondeau analyse avec finesse et une investigation quasi policière une « Représentation méconnue de St Julien » due à Julien Chapée.

 

Bref, un ouvrage passionnant à découvrir, à lire attentivement, comme on déguste un grand cru gorgée après gorgée. Peut-on souhaiter qu’il en inspire un certain nombre d’autres, à sa suite, pour les départements voisins de la Sarthe ?

 

 

Ouvrage réalisé sous l'impulsion et la direction de Thierry Trimoreau, disponible actuellement au siège de l'association LFCV, 12 impasse du Chapeau rouge 72000 Le Mans.

 

 

 

 

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur LinkedIn
Please reload

Please reload

Archives
Posts Récents
Please reload